BAPE-signature

 

 RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE

AIDE À LA NAVIGATION

POUR COMMUNIQUER AVEC NOUS


Projet d'exploitation éventuelle d'une mine et d'une usine de niobium à Oka
Communiqué de presse

LE BAPE REND PUBLIC SON RAPPORT D’ENQUÊTE

 

Oka, le 28 octobre 2002 – À la demande du ministre d’État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, M. André Boisclair, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a rendu public aujourd’hui son rapport d’enquête sur le projet d’exploitation d’une mine et d’une usine de niobium à Oka, dans le cadre d’une présentation publique qui s’est déroulée à Oka. À cette occasion, le président de la commission d’enquête, M. Joseph Zayed, accompagné du président du BAPE, M. André Harvey, a présenté la démarche de la commission ainsi que les conclusions du rapport d’enquête. Ce mandat d’enquête, d’une durée de quatre mois, a débuté le 29 avril 2002. La commission, chargée de l’examen du projet, était présidée par M. Joseph Zayed, secondé par M. Pierre Béland, commissaire.

Le rapport d’enquête présente l’analyse de la commission et ses conclusions quant aux effets potentiels sur l’environnement et la santé publique de la radioactivité résultant de la réalisation éventuelle du projet.

Compte tenu que les quantités de radioéléments libérés par le projet seraient faibles, la commission conclut que les impacts environnementaux associés à la réalisation du projet devraient être négligeables et qu’aucun effet sur la santé publique ne devrait être observé. Par ailleurs, considérant les inquiétudes des citoyens face à la radioactivité, la commission estime qu’un comité de vigilance devrait être formé.

La commission note cependant que les données sont insuffisantes quant à certains aspects du projet ou du milieu récepteur, notamment la teneur en uranium des eaux de surface, la radioactivité du lixiviat des stériles et des scories qui seraient générés par Niocan. Il en découle certaines incertitudes qui commandent des données complémentaires et un suivi environnemental.

Des effets négligeables sur l’environnement et la santé publique

La commission reconnaît que l’activité minière contribuerait au largage dans l’environnement aquatique d’une certaine quantité de radioéléments de même qu’à l’émission de particules radioactives dans l’atmosphère. Cependant, cette contribution devrait être négligeable tant sur la qualité radioactive des eaux souterraines que sur la qualité de l’air et du sol. En fait, elle devrait se confondre avec le niveau naturel ambiant de radioactivité. En ce qui concerne les eaux de surface, la radioactivité du ruisseau recevant l’effluent de la mine augmenterait, tout en respectant les objectifs visés par le ministère de l’Environnement. Quant à la présence de radon dans les résidences, la commission conclut qu’il est improbable que son niveau soit modifié de façon mesurable par le projet et que le risque pour la santé publique soit accru.

Un comité de vigilance, de concert avec les citoyens

S’il devait être autorisé, le projet serait réalisé dans une région géographique caractérisée par la présence naturelle d’éléments radioactifs, essentiellement l’uranium et le thorium. La commission a d’ailleurs constaté les inquiétudes légitimes des citoyens face à la radioactivité. En fait, depuis quelques années, certains citoyens d’Oka sont confrontés à la présence de radon dans l’air de leur résidence à des niveaux relativement élevés. Aussi, elle estime que le promoteur devrait, de concert avec les citoyens, former un comité de vigilance qui verrait à assurer que toute l’information sur les contrôles, les suivis et les mesures de précaution soit disponible et que les lieux soient remis en état à la fin des opérations.

La disponibilité du rapport

Le rapport d’enquête sur le projet d’exploitation d’une mine et d’une usine de niobium à Oka est maintenant public. Il est disponible dans Internet à l’adresse suivante : www.bape.gouv.qc.ca. Vous pouvez également en faire la demande à notre bureau en communiquant soit par courriel (communication@bape.gouv.qc.ca), soit en composant le (418) 643-7447 ou, sans frais, le 1 800 463-4732 .

 

– 30 –

 

Source :
Rosemary Al-Hayek, conseillère en communication

© Gouvernement du Québec, 2002