Accueil / Mandats / / communiqué   Envoyer cette page
Retour  l'accueil du mandat
 
 
 
   

LE RAPPORT DU BAPE EST MAINTENANT PUBLIC

Québec, le 10 novembre 2006 – À la demande du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Claude Béchard, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rend public aujourd’hui son rapport d’enquête et d’audience publique sur les projets de réserve aquatique de la rivière Moisie et de réserves de biodiversité des lacs Pasteur, Gensart et Bright Sand. La commission chargée de l’examen des projets était présidée par madame Claudette Journault, secondée par monsieur Pierre André et madame Christiane Courtois, commissaires. Rappelons que ce mandat de consultation du public s’est tenu du 30 mars au 30 septembre 2005.

Au terme de son analyse, la commission conclut que l’ensemble des participants accueille favorablement la protection de ces territoires malgré les contraintes inhérentes à de tels statuts. Par ailleurs, la commission est d’avis que, nonobstant le débat juridique, il importe de définir, de concert avec les autochtones, les modalités permettant de susciter leur engagement et leur contribution par leurs connaissances particulières des territoires visés par les projets de réserve aquatique de la rivière Moisie et de réserves de biodiversité des lacs Pasteur, Gensart et Bright Sand avant de leur octroyer un statut permanent de protection.

La commission est aussi d’avis que les limites des aires protégées projetées doivent être ajustées. De plus, afin de favoriser la participation efficace des communautés à la mise en œuvre des objectifs de protection des aires protégées, tout en tenant compte des enjeux propres à chaque territoire, trois conseils de conservation et de mise en valeur sont nécessaires : un premier pour la partie amont de la réserve aquatique de la rivière Moisie et la réserve de biodiversité du lac Gensart, un deuxième pour la partie aval de la réserve aquatique de la rivière Moisie et la réserve de biodiversité du lac Bright Sand et un troisième pour la réserve de biodiversité projetée du lac Pasteur.

Compte tenu du caractère exceptionnel de la rivière Moisie reconnue mondialement et de l’ouverture au dialogue manifestée par les milieux écologique, industriel et municipal, il est fort souhaitable de mettre en place aussitôt que possible un comité de gestion du bassin versant de la rivière Moisie. Cela permettrait de mieux prendre en compte les activités dans les limites de ce bassin versant et d’assurer l’intégrité écologique de la réserve aquatique projetée.

Enfin, dans une volonté d’équité et pour favoriser l’adhésion à l’objectif que s’est fixé le gouvernement du Québec de protéger une superficie de 8 % par province naturelle, la commission retient que les participants à la consultation publique souhaitent que l’ensemble des projets d’aires protégées fasse l’objet d’une consultation par province naturelle avant leur mise en réserve.

La disponibilité du rapport

Le rapport d’enquête et d’audience publique sur les projets de réserve aquatique de la rivière Moisie et de réserves de biodiversité des lacs Pasteur, Gensart et Bright Sand est maintenant disponible. Vous pouvez le consulter dans les centres de documentation du BAPE, dans les centres de consultation ouverts dans le milieu visé de même que dans le site Internet du BAPE à l’adresse suivante : www.bape.gouv.qc.ca. Vous pouvez également en faire la demande au bureau du BAPE, soit en communiquant par courriel à l’adresse suivante : communication@bape.gouv.qc.ca, soit en composant le 418 643-7447 ou, sans frais, le 1 800 463-4732.

– 30 –

Source :
Catherine Roberge, conseillère en communication
418 643-7447 ou, sans frais, 1 800 463-4732, poste 531

FICHE TECHNIQUE

Projets de réserve aquatique de la rivière Moisie et
de réserves de biodiversité des lacs Pasteur, Gensart et Bright Sand

Les limites des aires protégées

Pour la réserve aquatique projetée de la rivière Moisie, il importe d’agrandir le territoire protégé en incluant une portion du bassin versant de la rivière Ouapetec comme l’a proposé initialement le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs. Il s’agirait d’un gain important pour la protection des habitats du Saumon atlantique et des vieux peuplements forestiers qui abritent le caribou forestier et le Garrot d’Islande, deux espèces au statut préoccupant. Il y a lieu également de protéger la rivière Nipissis et le tronçon de la rivière Moisie situé entre l’embouchure et le kilomètre 30, sur une largeur suffisante pour favoriser la protection de l’habitat du saumon et l’intégrité écologique de l’aire protégée. De plus, il convient d’évaluer la faisabilité de mettre en réserve les terres de tenure publique situées à l’est de l’aval de la rivière Moisie, dans une zone deltaïque sensible à l’érosion. Cela permettrait également la protection d’écosystèmes peu représentés dans le réseau des aires protégées du Québec. Enfin, il y a lieu de bien évaluer la possibilité d’inclure dans les limites de l’aire protégée des terres privées de part et d’autre de ce tronçon de la rivière Moisie, et de soupeser les avantages et les inconvénients de cette possibilité, dans le respect des droits des propriétaires.

Pour le projet de réserve de biodiversité du lac Pasteur, il convient de lui accorder un statut permanent de protection, incluant l’agrandissement approuvé par le gouvernement du Québec en juin 2005, compte tenu de la présence sur ce territoire d’anciennes forêts, d’écosystèmes représentatifs de la province naturelle des Laurentides centrales et d’habitats propices au caribou forestier et au Garrot d’Islande. Par ailleurs, le lac Walker et sa rive ouest devraient bénéficier d’un statut de protection qui reste à définir.

Quant aux projets de réserves de biodiversité des lacs Gensart et Bright Sand, il y aurait lieu de leur donner suite selon la proposition du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Les cadres de gestion et de protection

En vue d’une participation efficace des communautés à la mise en œuvre des objectifs de protection des aires protégées et tout en tenant compte des enjeux propres à chaque territoire, trois conseils de conservation et de mise en valeur sont nécessaires : un premier pour la partie amont de la réserve aquatique de la rivière Moisie et la réserve de biodiversité du lac Gensart, un deuxième pour la partie aval de la réserve aquatique de la rivière Moisie et la réserve de biodiversité du lac Bright Sand et un troisième pour la réserve de biodiversité projetée du lac Pasteur.

En raison de l’absence des représentants autochtones à la consultation publique et compte tenu des attentes de ces communautés en matière de participation, la commission constate que la question touchant la forme de leur participation aux différents conseils de conservation et de mise en valeur proposés pour les projets de réserve aquatique de la rivière Moisie et de réserves de biodiversité des lacs Pasteur, Gensart et Bright Sand demeure ouverte. Les modalités de participation au sein des conseils devraient être discutées avec les autochtones avant leur mise en place.

La commission juge pertinent de constituer ces conseils préalablement à l’adoption d’un statut permanent de protection pour les quatre aires protégées. Il importe en effet que les plans de conservation soient définis par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs en collaboration avec les conseils de conservation et de mise en valeur afin de tenir compte de l’expertise indéniable des communautés et des intervenants locaux et régionaux sur ces territoires.

– 30 –

SOURCE :
Catherine Roberge, conseillère en communication
418  643-7447 ou sans frais 1 800 463-4732, poste 531

 

 
Retour au haut
 



© Droits de propriété intellectuelle