Accueil / Mandats / / communiqué   Envoyer cette page
Retour  l'accueil du mandat
 
 
   

LE RAPPORT DU BAPE EST MAINTENANT PUBLIC

Québec, le 4 août 2005. – À la demande du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Thomas J. Mulcair, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rend public aujourd’hui son rapport d’enquête et d’audience publique sur les projets d’amélioration de la route 175 des kilomètres 60 à 84 et 84 à 227. Ces mandats d’enquête et d’audience publique ont débuté le 11 avril dernier. La commission, chargée de l’examen des projets, était présidée par Mme Sylvie Girard, secondée par Mme Marie-José Auclair ainsi que par MM. Louis Dériger et Alfred Marquis, commissaires.

Au terme de la consultation publique et après analyse, la commission conclut que l’amélioration de la route 175 à quatre voies séparées pourrait accroître substantiellement la sécurité des usagers. La division des voies, en réduisant considérablement la possibilité de collisions frontales, aurait pour effet d’éliminer une très grande partie des accidents mortels sur cette route. De plus, l’élargissement à quatre voies séparées ainsi que le contournement dans la municipalité des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury permettraient aussi d’améliorer la fluidité de la circulation, principalement en période de pointe, et de réduire les conflits entre les différents types de véhicules.

Toutefois selon la commission, dans le but d’optimiser les effets des projets en matière de sécurité routière, une gestion forestière du corridor routier devrait faire partie du programme de prévention des collisions avec la grande faune, et une attention particulière devrait être accordée à la conception, au nombre et à l’emplacement des passages pour la faune aménagés en bordure de la route 175. En outre, il serait important d’associer aux projets un contrôle efficace visant à faire respecter la limite de vitesse autorisée sur cette route.

Par ailleurs, bien qu’il soit difficile de déterminer précisément l’influence de l’amélioration de la route 175 sur le développement régional, celle-ci, en diminuant la perception d’insécurité et jumelée à une mobilisation des acteurs socioéconomiques, serait susceptible d’avoir un effet bénéfique sur le développement de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

LES RÉPERCUSSIONS SUR LES MILIEUX NATUREL ET HUMAIN

Compte tenu de l’importance des impacts potentiels et de la sensibilité du milieu parcouru, la commission est d’avis qu’un grand soin doit être apporté à leur prévention et leur atténuation. Des mesures particulières devraient être prises en regard des répercussions potentielles des projets sur la qualité de l’eau. La commission considère ainsi qu’un plan de drainage complet devrait être déposé et rendu public avant l’autorisation des projets. Il apparaît essentiel en outre que le ministère des Transports définisse, en concertation avec la Ville de Québec, les mesures visant la protection de la qualité de l’eau de la rivière des Hurons et du lac Saint-Charles en cas de déversements accidentels ou de toute autre forme de contamination provenant de la route 175.

La commission considère également qu’une surveillance environnementale des travaux en continu sur les chantiers, une bonne communication entre les divers intervenants ainsi que l’affectation de ressources adéquates seraient nécessaires pour assurer que les mesures environnementales visant la protection des milieux soient correctement appliquées.

Quant aux répercussions des projets sur la communauté de Stoneham-et-Tewkesbury, la commission est d’avis que le promoteur devrait, en collaboration avec la municipalité des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury, mettre en place un programme visant à reloger les personnes et les familles dont les propriétés seraient acquises et qui désirent demeurer sur le territoire de cette municipalité. Du reste, l’importance des impacts psychosociaux que pourraient engendrer les acquisitions, le confinement et le fractionnement des lots devrait inciter le promoteur à instaurer un programme de suivi psychosocial afin de fournir un soutien aux résidants affectés. Par ailleurs, la commission est d’avis que le promoteur devrait conclure une entente avec cette municipalité, avant l’autorisation des projets, afin de prévoir l’aménagement du tronçon résiduel de la route 175 selon la vocation qu’elle privilégie.

LA MISE EN VALEUR DU TERRITOIRE ET L’INTERMODALITÉ

Dans un but de gain environnemental global et étant donné l’ampleur des travaux et la qualité des milieux traversés, la commission est d’avis que les projets d’amélioration de la route 175 représentent une opportunité pour la mise en valeur paysagère et récréative du territoire et que, pour ce faire, le ministère des Transports devrait établir un mécanisme de concertation avec les gestionnaires des territoires concernés et les groupes d’intérêts.

En outre, l’intermodalité ne peut, aux yeux de la commission, se restreindre à une seule problématique régionale de transport lourd comme celle des projets d’amélioration de la route 175. L’intermodalité sous-tend des enjeux nationaux, une réflexion globale et un choix de société. Elle doit donc être examinée et analysée en vue de constituer une solution durable à la problématique du transport des marchandises à l’échelle québécoise. À ce sujet, la commission est d’avis qu’un débat public sur la problématique globale du transport au Québec offrirait à la population l’occasion de se prononcer sur toutes les questions touchant le transport des marchandises et l’intermodalité.

LA DISPONIBILITÉ DU RAPPORT

Le rapport d’enquête et d’audience publique sur les projets d’amélioration de la route 175 des kilomètres 60 à 84 et 84 à 227 est maintenant disponible. Vous pouvez le consulter dans les centres de documentation du BAPE, dans l’un des cinq centres de consultation ouverts dans le milieu visé de même que dans le site Internet du BAPE à l’adresse suivante : www.bape.gouv.qc.ca. Vous pouvez également en faire la demande au bureau du BAPE, soit en communiquant par courriel à l’adresse suivante : communication@bape.gouv.qc.ca, soit en composant le (418) 643-7447 ou, sans frais, le
1 800 463-4732.

Rappelons qu’au cours de la première partie de l’audience publique la commission a tenu 3 séances publiques à Saguenay ainsi que 6 séances publiques à Québec. En deuxième partie, un total de 8 séances publiques ont permis à la commission de recevoir 77 mémoires et 6 interventions orales de la part des personnes, des groupes, des organismes et des municipalités intéressés par ces projets.

– 30 –


Source : Catherine Roberge,
Conseillère en communication
(418) 643-7447 poste 537 ou sans frais 1 800 463-4732
catherine.roberge@bape.gouv.qc.ca

 



 
Retour au haut
 



© Droits de propriété intellectuelle