logo Aller au contenu

Dossier du BAPE

Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean 2017-2026

Par : Rio Tinto Alcan

Thème

Eau

Dates

Du 8 mai au 7 septembre 2017

Type

Audience

Résumé du dossier

Consulter la documentation du dossier dans nos archives

Rio Tinto Alcan inc. exploite huit usines au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Environ 95 % des besoins en électricité de ces usines sont satisfaits par le réseau de production électrique géré par sa division Énergie électrique qui opère notamment la centrale hydroélectrique de l’Isle Maligne à Alma. Sa mise en service, en 1926, a mené au rehaussement des eaux du lac Saint-Jean, à la définition subséquente d’une nouvelle ligne de rivage ainsi qu’à une modification de la dynamique d’érosion des berges. Depuis la fin des années 1920, la compagnie mène des travaux de protection des berges et a diversifié ses interventions en ce sens durant les décennies 1950 à 1970, alors que la villégiature aux abords du lac était en plein développement.
Depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur la qualité de l’environnement, les efforts de Rio Tinto Alcan s’inscrivent dans le cadre du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean. L’entente initiale de 10 ans, liant le gouvernement du Québec et l’entreprise, a été adoptée par décret en 1985, puis a fait l’objet de deux renouvellements pour les périodes 1996 à 2006 et 2006 à 2016. Si le programme a contribué à freiner le recul généralisé des berges et permis l’accroissement de la largeur des plages, Rio Tinto Alcan estime tout de même qu’il s’avère nécessaire de le poursuivre pour la période 2017 à 2026. Selon la compagnie, son programme réduirait ainsi les effets de ses activités sur les habitats et les écosystèmes au pourtour du lac et permettrait aux riverains de continuer à jouir du plan d’eau, tout en sachant que leurs propriétés seraient moins soumises à l’érosion.
Le programme 2017-2026 repose notamment sur l’adoption d’un mode de gestion des niveaux du lac Saint-Jean et sur la réalisation de travaux pour certaines plages et portions de berges. À la suite d’une entente entre Rio Tinto et les MRC Lac-Saint-Jean Est, Domaine-du-Roy et Maria-Chapdelaine ainsi que la communauté Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, un nouveau scénario de gestion du niveau du lac est proposé. En été, du 24 juin au 31 août, le niveau oscillerait entre 14 et 16 pieds et entre 14 et 15,5 pieds entre le 1er et le 7 septembre. Du 7 au 21 septembre, le niveau minimal serait graduellement abaissé à 13 pieds. À l’automne, le niveau minimal serait fixé à 12 pieds et le niveau maximal à 15,5 pieds. À l’hiver et au printemps, le niveau maximal serait de 16,5 pieds, mais il pourrait être porté à 17 pieds durant la crue, mais pour une période maximale de douze jours. En plus de l’entretien des structures déjà en place et des aménagements pour l’accès à l’eau, les travaux projetés toucheraient 28 km de berges et de plages et feraient appel à trois types de techniques de stabilisation et de protection : les rechargements de plage, l’aménagement de perrés en technique mixte (avec végétalisation) et l’empierrement. La nature et l’ampleur des travaux pourraient toutefois être revues en fonction de l’évolution des conditions observées.

Consulter le rapport du BAPE 337

Consulter la documentation du dossier

carte

Audience

Du 08 mai 2017 au 07 septembre 2017

Dépôt du rapport au ministre

Le 7 septembre 2017

Documentation du dossier

Pour vous informer des détails et des enjeux du dossier, nous vous invitons à consulter la documentation de départ. Au cours de l’audience publique, vous trouverez également dans cette section les réponses aux questions ainsi que les documents demandés par la commission d’enquête aux personnes-ressources et à l’initiateur. Les mémoires des participants et les transcriptions des séances y sont également disponibles.

Consulter la documentation du dossier