logo Aller au contenu

Dossier du BAPE

Projet d'ouverture et d'exploitation d'une mine d'apatite à Sept-Îles

Par : Mine Arnaud inc.

Thème

Mines

Dates

Du 26 août au 27 décembre 2013

Type

Audience

Région

Côte-Nord

Résumé du dossier

Consulter la documentation du dossier dans nos archives

L’entreprise Mine Arnaud inc., une coentreprise formée par Investissement Québec et Yara International ASA, projette d’aménager et d’exploiter une mine d’apatite sur sa propriété, qui est située à Sept-Îles, sur le territoire non organisé (TNO) Lac-Walker et dans la zec Matimek. Le projet prévoit une fosse d’extraction à ciel ouvert qui aurait une largeur de 800 m, une longueur de 3,5 km et une profondeur de 240 m. D’autres composantes seraient requises pour permettre l’exploitation de la mine, dont un concasseur, une usine de traitement du minerai, une halde à stériles, une aire de stockage temporaire de minerai concassé, des aires d’accumulation de minerai de basse teneur et de mort-terrain ainsi qu’un parc à résidus miniers composés de sept cellules. Il y aurait aussi l’aménagement d’un chemin d’accès, d’un système de traitement des eaux, de bâtiments de services, d’une sous-station électrique et d’installations de chargement et déchargement ferroviaire. Enfin, le promoteur aurait à déplacer une section de voie ferrée de 8 km exploitée par la Compagnie de chemin de fer Arnaud et à relocaliser une ligne de transport d’électricité de 161 kV appartenant à Hydro-Québec. Le promoteur prévoit extraire un total de 556 millions de tonnes (Mt) d’apatite, de stériles et de mort-terrain. Chaque année, 11,25 Mt de minerai d’apatite seraient traitées pour produire 1,4 Mt de concentré qui serait transporté par train, de la mine au port de Sept-Îles, à une cadence d’un voyage par jour d’environ une quarantaine de wagons. L’apatite serait ensuite acheminée par bateau à l’usine de Yara International ASA en Norvège où on en extrairait le phosphate pour produire des fertilisants agricoles. La magnétite titanifère est un autre type de résidus qui serait produit à la mine. Le promoteur a déjà indiqué qu’il était à la recherche d’un marché économiquement viable pour ce sous-produit et que d’ici là, il l’accumulerait dans des cellules distinctes afin qu’il soit facilement récupérable advenant sa valorisation.

Le coût du projet est estimé à 750 M$. Les travaux de construction auraient lieu en 2014 et 2015, alors que l’exploitation de la mine, prévue pour une durée évaluée à 23 ans, débuterait en 2016. La fermeture de la mine et la restauration des lieux prendraient environ deux ans.

Consulter le rapport du BAPE 301

Consulter la documentation du dossier

carte

Audience

Du 26 août 2013 au 27 décembre 2013

Dépôt du rapport au ministre

Le 20 décembre 2013

Documentation du dossier

Pour vous informer des détails et des enjeux du dossier, nous vous invitons à consulter la documentation de départ. Au cours de l’audience publique, vous trouverez également dans cette section les réponses aux questions ainsi que les documents demandés par la commission d’enquête aux personnes-ressources et à l’initiateur. Les mémoires des participants et les transcriptions des séances y sont également disponibles.

Consulter la documentation du dossier